Logo TMV

Le sport à Tours vu par l'équipe TMV

Des cours aux compets, la vie des étudiants en sport-étude

Le 18/01/2019 à 11h50

#EPJTMV Aymeric Beauvais partage son temps entre le tir sportif à haut niveau et une licence professionnelle Matic (Marketing et technologie de l’information et de la communication). Avec une vie rythmée par les entraînements, les compétitions et les cours, il faut trouver une organisation, et souvent faire des choix.

JournalisteRomancier-Une-19

Étudiant, Aymeric est aussi tireur de haut niveau. Un sport de précision, qui requiert de nombreuses capacités.

À 21 ans, Aymeric Beauvais s’apprête à entamer le deuxième semestre de sa licence professionnelle Matic (Marketing et technologie de l’information et de la communication), à l’IUT de Tours. Parallèlement à ses études, il est tireur sportif de haut niveau, en “catégorie sénior, depuis deux saisons”. Après sept années de judo, il a commencé le tir en 2007. “Mes cousins en faisaient, et j’ai eu envie d’essayer. Finalement, je n’ai jamais arrêté”, s’amuse-t-il. Ce sport est devenu une vraie passion. C’est donc légitimement que s’est posée la question d’allier sa pratique sportive à ses études, alors qu’il passait son brevet des collèges. “Je suis parti en sport-étude à Bordeaux, pendant un an.” L’année d’après, il rejoint Toulouse et son Creps (Centre de ressources, d’expertise et de performance sportive), ce qui lui permet de continuer sa démarche sportive mais aussi scolaire. Depuis 2012, il est in scrit sur la liste du ministère du sport et de la jeunesse comme sportif de haut niveau.

En match, il concourt sur trois distances, au pistolet ; 10 m, 25 m et 50 m, distance olympique. L’activité demande un mental fort et une attention particulière aux petits détails, “c’est un sport de précision”. Et tout va de pair pour l’atteindre : “en analysant les matchs, on trouve les petits points à re-bosser, ce qui oriente l’entraînement selon la période et les besoins”. Ses débuts, il les a pourtant faits avec une carabine mais aujourd’hui, c’est bien en pistolet qu’il s’est spécialisé. Le jeune Berrichon le précise, il faut du temps pour maîtriser un tel objet. “Le choix de l’arme se fait en fonction des affinités de chacun”. Le sport est technique, mais pas que : “ça apporte beaucoup et apprend à se maîtriser, à se contrôler et beaucoup en concentration aussi.”

Chaque semaine, ce sont en moyenne trois séances au stand de tir de deux heures, qui attendent Aymeric. “Je fais des entraînements plus physiques à côté, avec du renforcement musculaire et du vélo.”

Pour Aymeric, une année comporte deux saisons. “La première commence en septembre, et va jusqu’en février et les championnats de France sur 10 m, c’est notre saison d’hiver”. Il enchaîne ensuite avec la saison de 25 et 50 m, qui, elle, se termine en juillet, aussi par les championnats de France. Pour arriver y arriver, il doit passer par les départementaux et les régionaux. Son année de tir est aussi ponctuée de “petits matchs avec les clubs des environs”. Le sport est encore peu médiatisé, mais compte des succès. Comme dans beaucoup de disciplines, les Jeux olympiques sont un vecteur de polarisation. La Fédération française de tir compte d’ailleurs 214 000 tireurs à travers le pays. “Ce sont surtout les médailles qui offrent de la visibilité, comme celle d’argent aux JO 2012 (Céline Goberville ndlr.), qui était la première de la délégation française en tir”.  

JournalisteRomancier-Une-21

Le tir s’exerce à la carabine, au fusil et à l’arbalète, mais c’est au pistolet qu’Aymeric a choisi de concourir.

Des choix et une organisation rodée

Avec l’université, il a également un statut de sportif de haut niveau. “La seule obligation qu’on a avec le Suaps, c’est de participer aux championnats universitaires”. Cette compétition est d’ailleurs le meilleur souvenir, en compétition, d’Aymeric. “C’était l’année dernière, à Kuala Lumpur, en Indonésie, pour les championnats du monde universitaires. L’organisation était vraiment top et c’était ma première fois en dehors de l’Europe. On était aussi avec des étudiants d’autres pays et j’ai vraiment apprécié le moment.”

Dans ces entraînements et compétitions, il faut une organisation bien rodée. Avec l’université, et le Service universitaire des activités physiques et sportives (Suaps), il a aussi un statut de sportif de haut niveau. La distinction lui permet d’aménager son emploi du temps. Mais ça ne fonctionne pas toujours. “Les championnats de France (10 m ndlr.) ont lieu au début du mois de février. Mais je n’ai pas pu me dégager beaucoup de temps pour m’entraîner, avec les cours.” Entre partiels, mémoire et recherches de stage, le protocole est le même pour tous les élèves. “On essaye d’aménager, mais parfois ça n’est pas possible. On peut anticiper et décaler certains examens, mais ça n’est pas toujours faisable”. Pour les championnats de France, par exemple, qui auront lieu à Lorient le 2 février, Aymeric devait concourir en mixte, et en 10 m, mais impossible, il a des examens. Il participera donc à la compétition de 10 m, mais pas à celle de mixte. “Quand ça coince, il faut se débrouiller. Généralement les profs sont compréhensifs. Le statut c’est vraiment qu’une roue de secours” explique Aymeric, qui a rarement dû faire jouer ce “passe droit”. Mais il relativise tout de même : “Si on est organisé dès le départ, ça se passe très bien.”

Discipline de haut niveau, mais difficile d’en vivre

“En Allemagne, les tireurs parviennent plus à gagner leur vie, c’est plus ancré dans leur culture. Et donc les moyens ne sont pas les mêmes.” Entre le matériel, les bagages, les transports…Les coûts peuvent vite s’élever. Poursuivre des études était donc une évidence. Le jeune sportif reconnaît tout de même qu’au début, la relation qu’il avait avec l’école était compliquée. “On est obligés de travailler à côté. Il y a des récompenses, mais personne n’en vit”, éclaire Aymeric.

Une fois son diplôme en poche, il ne compte pas abandonner le tir pour autant. “Les journées finissent plus tard qu’en cours, mais sans avoir de devoirs à faire, donc rien n’empêche de s’entraîner.” Pendant les périodes d’examens, pas facile de continuer à pratiquer. D’ici là, le plus important, ce sont ses études : “ C’est la fin, donc priorité, et ensuite on verra.”

À voir : Pleins feux sur le tir sportif, France 3 Aquitaine

Mélina Rivière

Photos : Benjamin Baixeras

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Tags : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

 

LES CONCOURS TMV

Jeux ConcoursParticipez aux jeux-concours TMV et gagnez de nombreux lots

Twitter

CINÉMA

Horaire CineLes horaires des films en salle

AGENDA LOISIRS

Agenda LoisirsToute la culture à Tours